2ème Festival du Film

dimanche 23 septembre 2018 13:58


2ème Festival du Film 

"Le Rendez-vous de l'homme et l'animal"


Historique et présentation du Festival : 

Pascal Bioulac, Maire de Lamotte-Beuvron souhaitait mettre en place un événement mettant à l’honneur le cinéma de la Ville : « Le Méliès ». Ses multiples rencontres notamment celles avec les membres du futur comité d’organisation et surtout celle avec Nicolas Vanier, vont aboutir à la création d’un festival du film. La première édition, organisée en moins d’un an, a été une véritable réussite. Près de 20 films ont été reçus pour passer l’étape des pré-sélections, environ 1 000 personnes sur les 3 jours de festival ont assisté à l’événement et un jury d’exception, présidé par Fred Saurel, acteur dans le film « l’École Buissonnière » diffusé en avant-première pendant le week-end, était présent pour déterminer le palmarès de cette première édition. 

Si la convivialité était le maître-mot de cette première édition, le thème l’homme et l’animal, a été choisi pour être en adéquation avec la Sologne et la Ville de Lamotte-Beuvron. Véritable sujet d’actualité, il ne laisse personne insensible et amène souvent à l’échange et au débat. Le jury, composé de Jean Musy, compositeur ; Denis Malleval, réalisateur ; Yves Bruezière, directeur d’Equidia et de Marie-Ange Turpin, Maire adjointe, a visionné les 8 films en compétition. Six réalisateurs sur les 8 sélectionnés, ont pu échanger avec le jury et le public. Ce moment fut très enrichissant pour tout le monde. A la suite des différents débats, les spectateurs ont voté pour attribuer le Prix du Public. Après deux jours d’images magnifiques et de documentaires remarquables, le jury a délibéré pour attribuer les prix mis en jeu. 

C’est à l’occasion de la remise des prix que Monsieur le Maire et Marie-Ange Turpin ont remis le Prix du Public au réalisateur de Tour-en-Sologne Laurent Charbonnier pour son film « Le retour des espèces, la cigogne blanche ». Puis, le Président a décerné la « Mention spéciale » du jury au réalisateur Stéphane Granzotto pour son film « Alpes sauvages ». Enfin, le Prix du Festival a été attribué au réalisateur, régional de l’étape, Nils Aucante, pour son film « Ça chauffe pour les abeilles ». 

Une récompense très appréciée par le réalisateur, déjà honoré dans le Colorado aux États-Unis. M. Aucante souligne que « cela est un vrai plaisir d’être reconnu pour mon travail international chez moi, au coeur de la Sologne ! ».

La deuxième édition du Festival du film de Lamotte-Beuvron, « Le Rendez-vous de l’Homme et l’Animal » a lieu du 5 au 7 octobre 2018.

Extrait du règlement soumis aux participants :

Les projections des films et des documentaires représenteront la relation de l’homme avec la nature et les animaux sous toutes ses formes. La compétition est ouverte aux professionnels, et les participants s’engagent à ne pas utiliser de contenus pouvant porter atteinte à la dignité humaine et animale ou aux droits de tiers quels qu’ils soient.
Les films seront soumis à l’appréciation d’un comité de sélection qui établira la liste des films retenus en fonction de leur qualité technique (image, son, montage), et artistique (intérêt du sujet pour les documentaires, scénario, interprétation, musique pour les fictions), et plus généralement, la qualité du projet global et de la démarche créative, avant d’être présenté au jury final. Le jury de la compétition sera constitué de professionnels issus des métiers de l’audiovisuel, de la communication et de personnalités locales et/ou nationales.
Le Festival est doté de prix répartis entre les différents lauréats, suivant les délibérations du jury et le palmarès établi sous la responsabilité de son Président. Cette décision est sans appel.
Les documentaires et films inscrits au Festival participent à la compétition pour définir les récipiendaires du Prix du Festival, du Prix du Public et d’une éventuelle « Mention spéciale du Jury ».
Les Prix seront attribués aux films et remis aux réalisatrices ou réalisateurs ou à leurs représentants.


Le Jury 2018 : 

Jean-Pierre BAILLY : 

Créateur de la société MC4, qui produit depuis 1986 plus de 2000 films documentaires autour des thèmes, nature, découverte, environnement, sciences.
Producteur des films de Nicolas Vanier : « Loup », « Le dernier trappeur » et de ces films d’expédition « L’odyssée sauvage », « Iditarol, la dernière course de Nicolas Vanier ».
Il est également un des principaux producteurs des films de Laurent Charbonnier, dont son long métrage « Les animaux amoureux » et de celui en cours de tournage pour le cinéma « Chambord, le cycle éternel », pour les 500 ans du château.
Pour cette deuxième édition du Festival du Film « Le rendez-vous de l’homme et de l’animal » il a accepté la délicate tache d’être le Président de jury.

Rémi CASTAING : 
Amoureux des terroirs, passionné par la faune et les hommes qui les peuplent, il a naturellement orienté sa vie en ce sens en rejoignant Seasons, la chaine des chasseurs et des pêcheurs dont il est le directeur des programmes et dont la ligne éditoriale défend une approche responsable et pragmatique de ces pratiques patrimoniales, dans un milieu naturel fragile à protéger.

Fernand BERENGUER :

Dès son plus jeune âge, Fernand veut faire du cinéma et rien d’autre.

Fernand obtient un premier stage à la Société Française de Production et le voici lancédans le montage de téléfilms, de mini-séries (“L’Amour en héritage”) et de films dont “La Dérobade” de Daniel Duval et “Pirates” de Roman Polanski.
A la fin des années 80, Fernand se consacre à la réalisation de spots publicitaires : Perrier, Minolta, Mars, McDonald’s, La Mondiale… et de films annonces pour la promotion du cinéma en collaboration avec le Ministère de la Culture, le Centre National du Cinéma, la Fédération Nationale des Cinémas Français et l’association Cinestival.
Ces films de promotion sont diffusés dans toutes les salles de cinéma en France et touchent plus de 15 millions de spectateurs.

Marie-Ange TURPIN : 

Première adjointe au maire en charge des affaires sociales. Présidente de l’association organisatrice du comice agricole en 2016, aux cotés des Ambassadeurs de la Tarte Tatin pour la tentative de record de la plus grande tarte du même nom en septembre dernier…
Marie-Ange Turpin est toujours présente dans les projets d’animation de la ville.

Armel DUPAS : 
Armel Dupas est un authentique inventeur d’émotions et il navigue entre la musique de film, le jazz, l'ambient music et la pop. Il a grandi dans un univers jazz et ses oreilles se sont ouvertes à d’autres styles (electro, folk, indie rock) au gré des rencontres, ce qui a fortement influencé sa musique. 
Armel produit lui-même ses albums et joue avec la crème du jazz français (Henri Texier, Sandra Nkaké, David Linx..) sur les principales scènes autour du monde : l’Olympia, Jazz à Vienne, Lincoln Center (NYC).
Ses talents d’improvisateur et de compositeur lui ont offert de travailler pour des réalisateurs de cinéma comme Arnaud Desplechin (Un conte de Noël, Jimmy P.), Michel Gondry (L’écume des jours), Olivier Jahan (T’embrasser une dernière fois) ou Christophe Honoré dont Armel a co-écrit la B.O. du film "Dans Paris". 
Depuis 2017, Armel vit en forêt de Sologne où il se consacre à la composition.

Martine TODISCO : 
Biologiste de formation, Martine Todisco a travaillé au sein de plusieurs organisations non gouvernementales en lien avec la préservation de la biodiversité, notamment le WWF – Fonds mondial pour la nature France, où elle a été responsable du programme TRAFFIC sur le commerce international des espèces sauvages.
Puis, c’est en tant que chef opérateur du son qu’elle travaille pour des productions de films documentaires sur la nature et les animaux sauvages à destination du cinéma et de la télévision.
Elle a participé aux tournages de plusieurs longs métrages parmi lesquels « le Peuple Singe » de Gérard Vienne, « L’Arche et les Déluges » de François Bel, deux pionniers du cinéma animalier en France avant d’intégrer les films du producteur – réalisateur Jacques Perrin comme « Microcosmos », « le Peuple Migrateur », « Océans » et « les Saisons ».
Elle travaille aussi avec le réalisateur Laurent Charbonnier que ce soit pour ses films diffusés à la télévision ou pour son long métrage « Les Animaux Amoureux » et, actuellement pour son projet de film sur les 500 ans du Domaine national de Chambord.

Les films du Festival : 

Cette année le Festival a reçu une douzaine de films dont sept ont été sélectionnés : 

 1. La Sologne une prison à ciel ouvert ?  
Corinne Bianrosa


La Sologne est-elle en passe de devenir une prison à ciel ouvert ?
La plus prestigieuse terre de chasse française est quadrillée par plus de 3500 kilomètres de grillages et beaucoup de grandes propriétés sont aujourd’hui totalement closes.
Depuis 20 ans, c’est la même ritournelle…Des voix s’élèvent pour condamner une certaine pratique de la chasse. Toujours la même. Celle qui consiste à tirer des animaux captifs dans un parc clos par des grillages de 1 mètre 20 et plus. Celle qui ne permet pas aux sangliers de circuler, et aux cervidés de s’échapper lorsque la clôture surmontée de barbelés est à plus de 2 mètres.
En France, le phénomène de l’engrillagement dépasse maintenant largement les frontières de la Sologne et s’étend désormais à d’autres régions.
Il ne se passe plus une semaine sans que de nouvelles clôtures, de nouveaux barbelés fleurissent le long des routes de Sologne, réduisant un peu plus cerfs, biches et sangliers à l’état d’animaux domestiques. 
Un enfermement qui conduit à poser le problème éthique et moral d’une chasse où plus rien n’est respecté, et où même le mot de chasse a perdu son sens.

2. Solognots 
Romain Fleury

La Sologne, ce nom résonne comme une promesse pour ceux qui aiment la nature et la chasse. Mais il rime aussi avec snobinards et chasse à la journée. Pourtant, ses habitants, eux, n'ont pas changé. En dignes héritiers de Raboliot, le braconnier malin de Maurice Genevoix, les Solognots vivent toujours au coeur de la forêt.

3. Le retour des espèces : Le flamant rose 
Laurent Charbonnier

Avec sa couleur, son envergure et son bec étrange, le flamant rose ressemble à un oiseau exotique. Pourtant,cet oiseau est authentiquement méditerranéen - il est même célébré depuis l'Antiquité. Au siècle dernier, il a presque complètement disparu de nos rivages. Une Méditerranée trop urbanisée, trop polluée semblait condamner le flamant. Mais quarante ans de travail de terrain ont abouti au retour de l'espèce. Un travail initié en Camargue, puis repris en Espagne, en Italie et aujourd'hui en Turquie.

4. 700 Requins dans la nuit 
Luc Marescot

En Polynésie, une meute de 700 requins fait la loi dans la passe de l’atoll Fakarava. C’est le plus grand regroupement de requins gris connu à ce jour. Comment évolue-t-il ? Quelles sont ses stratégies de survie, de chasse et de reproduction ? Quel est son impact sur l’écosystème corallien ?
C’est pour répondre à ces questions que l’équipe scientifique menée par Laurent Ballesta effectue une étude d’une ampleur inédite : équiper une quarantaine de requins de puces électroniques pour pouvoir suivre leurs trajectoires, durant les chasses nocturnes.
La découverte de ces comportements, jamais étudiés sur une telle échelle, permettra peut-être de valider l’hypothèse qu’il existe des schémas de chasse en groupe plus élaborés qu’il n’y paraît…
Pour réussir ce pari scientifique, technologique, et humain, l’équipe se prépare depuis 2014 à plonger... au coeur de la horde, sans cage ni protection, sans appât ni nourrissage. Une première Mondiale.

5. Safari pour la vie 
Xavier Gasselin
La sauvegarde de la grande faune sauvage passe par la chasse sportive , c’est ce que martèle le Docteur Vétérinaire Philippe Chardonnet, directeur de la Fondation internationale pour la gestion de la faune sauvage. Pour illustrer ses dires, nous nous rendons au Burkina Faso, sur la réputée concession de Konkombouri.
Sous l’objectif du photojournaliste cynégétique Philippe Aillery, nous retrouvons sur place Bouba Dermé, le gestionnaire d’un site à la fois dédié à la chasse et à la sauvegarde de la faune sauvage. En compagnie du concessionnaire et de son équipe, nous allons mettre en évidence les vertus de la grande chasse sportive sur la protection de la faune et de la flore.

6. Fort comme un ours 
Thierry Robert et Rémy Marion


Dans toutes les civilisations humaines, l’ours a toujours été source de crainte et de respect.
Aujourd’hui, les scientifiques sont sur le point de percer les secrets biologiques et physiologiques de cet animal emblématique, pour combattre les
problèmes de santé publique… Dysfonctionnements rénaux, troubles neurologiques, ostéoporose, obésité, pourraient bientôt être soignés grâce à ce « modèle » médical inattendu.
Des chercheurs et médecins du monde entier n’hésitent pas à élaisser laboratoire ou hôpital, pour aller sur les terres des rands prédateurs, en espérant découvrir comment l’ours pourrait un jour révolutionner nos vies !

7. Francois Merlet, Déclencheur de passion 
Yves Lanceau et Nathalie Truchet

Photographe, inventeur, journaliste, écrivain, poète, naturaliste complet, écologiste visionnaire François Merlet (1930/2006) avait tous les talents et avait choisi de tous les mettre au service d’une seule cause : la Nature.
Premier photographe à prendre des clichés de martinet au vol, premier à photographier les derniers ours pyrénéens, fervent défenseur de la sauvegarde des vautours en Vallée d’Aspe…
Mais aujourd’hui qui se souvient de ce pionnier de la photographie française ?
Un de ses admirateurs Yves Lanceau, photographe de nature et cinéaste, lui consacre ce film.
Illustré d'archives et de témoignages de ses proches, d'anciens collaborateurs, d'élèves et d'admirateurs, ce documentaire nous entraîne sur les traces de François Merlet.
Suivons-le dans les prairies, les bois et les marais solognots, les montagnes pyrénéennes, là où il a planté ses affûts pour écrire et fixer sur la pellicule des instantanés de vie animalière et comportementale.
Comme lui, arrêtons-nous et prenons le temps d’observer.


En avant-première : 

Mia et le lion blanc

Mia a 11 ans quand elle noue une relation hors du commun avec Charlie, un lionceau blanc né dans la ferme d'élevage de félins de ses parents en Afrique du Sud. Pendant trois ans, ils vont grandir ensemble et vivre une amitié fusionnelle. Quand Mia atteint l'âge de 14 ans et que Charlie est devenu un magnifique lion adulte, elle découvre l’insoutenable vérité : son père a décidé de le vendre à des chasseurs de trophées. Désespérée, Mia n’a pas d’autre choix que de fuir avec Charlie pour le sauver.
Date de sortie : 26 décembre 2018
Film de : Gilles de Maistre
Genre : Aventure
Avec : Mélanie Laurent, Langley Kirkwood, Daniah de Villiers
Projection en avant-première au cinéma Le Méliès
Vendredi 5 octobre – 19h00
Samedi 6 octobre – 20h30
Réservation auprès de l’office de Tourisme de Sologne : 02-54-83-01-73
Places limitées



Programme prévisionnel : 






En lire plus...

Partager

Vos commentaires :


Postez vos réactions :

Applications

Partenaires